Friends link: vcp510-dt 000-m86 070-465 1y0-300 1z0-147 1z0-567 4a0-100 4a0-107 650-752 9l0-010
Friends link: vcp510pse vcap5-dcd tb0-118 sti-884 st0-202 st0-153 sd0-101 s90-05a s90-02a 9l0-010
Friends link: c4040-124 a4040-122 c2040-408 350-030 ccnp 642-445 ccda 640-864

Ses grandes périodes

Les voyages (Années 50)tableau2

Yvonne a parcouru tous les pays bordant l’hexagone, l’Angleterre, le Maroc, la Suède, … sac au dos, peignant sur le motif. Elle a produit un nombre considérable d’aquarelles (plus d’une centaine par voyage), style dans lequel elle excellait.

Les grands travaux (Années 70-90)

Dès la mise en place par André Malraux (Ministre de la Culture) du dispositif “1% travaux“ (qui impose de consacrer 1% du coût d’un édifice public à une commande artistique), Yvonne Guégan a concouru et a participé activement à l’enrichissement du ptableau3atrimoine local et régional (Églises, écoles, bâtiments publics, …). Fresques en céramique, peintures, … sont visibles dans de nombreux édifices de Basse-Normandie notamment.

 

 

Outre ces grandes périodes, Yvonne Guégan était constamment en recherche d’évolution, de diversité, de nouveauté, … que ce soit dans les formes, les couleurs, les matériaux, etc…

Elle ne s’est jamais revendiqué d’un courant quelconque ; elle était elle-même : « Un Guégan est un Guégan ! ». Que ce soit une nature morte, un portrait, un paysage, un scène tableau4de la vie quotidienne, … on peut aisément reconnaître son style.

Enfin, parfois, on retrouve son oeuvre dans des lieux inattendus : sur le Ferry de la Brittany Ferries (Le Mont Saint Michel) ; au siège de la société Rhône Poulenc, …